Le discours inaugural du collège en 2005

Discours prononcé le 9 avril 2005 par M. Guy, principal du nouveau collège Olympe de Gouges

Lorsqu’en novembre 2003 je suis passé devant ce qui n’était alors qu’un chantier, je n’imaginais pas que ce collège serait le plus beau du département. A chaque fois que je prononce ces paroles, d’aucun me rétorque qu’il en existe d’autres de belle qualité. Si ce superlatif vous paraît un peu excessif, je vous demande cependant de continuer à nous laisser y croire.
Je n’imaginais pas non plus que j’en serai le Principal, et je dois dire que les autorités académiques et ministérielles m’ont fait un grand honneur en m’en confiant la direction.

Je mesure chaque jour le plaisir de venir travailler ici, et je ne crois pas être le seul, si j’en crois les rires entendus en passant près des agents, leur investissement dans le collège, le nombre d’heures passées et le dévouement auprès des élèves des enseignants et du personnel de la vie scolaire, si j’en crois l’accueil chaleureux à la loge ou dans les services administratifs.
Une élève de l’UPI a confié à son professeur quelques temps après la rentrée qu’elle se croyait en colonie. Je n’ai pas osé lui demander si cela était toujours le cas actuellement, mais bien que cette remarque soit plus liée à une situation personnelle de cette élève, il donne un peu une idée de leur ressenti dans cet environnement.
Quant aux parents d’élèves, Monsieur le Maire de Champcueil a confirmé il y a quelques temps qu’il en avait rencontré d’heureux.
Mais si nous goûtons le plaisir d’être dans des locaux neufs, nous sommes aussi conscients des responsabilités qui en découlent...

- Responsabilité vis à vis de celles et ceux qui ont travaillé et ont permis que l’ouverture se fasse à la date prévue : je pense bien sûr aux services du Conseil Général et en particulier à la Direction des Collèges
au services de l’Inspection académique, au maitre d’ouvrage délégué
aux architectes, aux entreprises, aux chefs d’établissement actifs et retraités de l’Éducation Nationale qui ont participé à la réflexion,
au personnel de la mairie de Champcueil qui, sous la houlette de son maire, nous a bien aidé dans les premiers mois de démarrage du collège, à toutes ces personnes dont certaines ont peut-être été oubliées, avec qui nos relations, de professionnelles sont rapidement devenues cordiales et ont permis d’obtenir le résultat que vous avez pu voir lors de la visite. j’espère d’ailleurs qu’il me sera donné de travailler dans le même esprit pour la construction future d’un gymnase dont l’idée avance, qui viendrait donner une touche finale à cette construction et à son intégration dans le village, et dont le manque se fait cruellement sentir lorsque le vent du nord souffle sur la plaine du Gâtinais.
- Responsabilité aussi vis à vis des contribuables essonniens qui ont participé financièrement à cette construction. Pour toutes ces personnes, nous nous devons de maintenir ce collège le plus longtemps possible dans l’état où il nous a été confié en septembre dernier, et ceux qui connaissent les établissements scolaires savent que ce n’est pas tous les jours chose facile.
- Responsabilité enfin et surtout pédagogique : car après le temps de construction matérielle vient celui de la construction des esprits dont nous sommes chargés. Le Président, lors de la visite qui a suivi sa conférence de presse fin août, juste avant l’ouverture, m’a fait la remarque suivante : "avec de tels locaux, vos élèves ont tout ce qu’il faut pour réussir". Nous savons donc que nous sommes attendus par tous à un minima dans deux ans, sur les résultats que nous obtiendrons. Nous avons donc déjà commencé à travailler pour répondre à cet objectif en mettant en place des structures plus particulièrement adaptées aux élèves en difficulté.

Nous inaugurons donc aujourd’hui le collège Olympe de GOUGES.

Olympes de Gouges, personnage méconnu ou mal connu de la révolution française qui a lutté toute sa vie pour défendre ses idéaux :
Droits de l’homme, droits de la femme, abolition de l’esclavage, suffrage universel, respect des minorités.
Nous vivons heureusement une époque moins troublée, et bien que 1793, année où elle a été guillotinée soit loin de nous, les valeurs défendues par Olympe de Gouges semblent toujours d’actualité.
Elle se réfèrent à un principe simple et fondamental, à chacun les mêmes droits et les mêmes devoirs.
C’est cette idée qui guide chaque jour notre travail quotidien d’éducateurs.

Aussi, je veux aujourd’hui formuler deux vœux pour ce collège :
 » Une réussite pédagogique
 » Une réussite humaine
qui sont, à mon avis, indissociables.

Ce sont ces deux idées fortes sur lesquelles nous avions déjà commencé à travailler et nous continuerons, afin que le collège Olympe de Gouges joue pleinement son rôle au sein de notre service public d’enseignement.